FR

Jonathan Schatz est un danseur et chorégraphe résident aujourd’hui à Bruxelles et né en France en 1984. Après avoir été élève à l’École de l’Opéra national de Paris, il étudie au CNSMD de Lyon puis au CNDC d’Angers où il rencontre Marianne Baillot, avec laquelle il collabore pendant deux ans et conçoit plusieurs performances.

En 2007, il crée Ovo, un laboratoire chorégraphique pour quatre performeurs qui questionne les notions de décomposition et de composition.

En 2009, il rejoint la distribution de Kindertotenlieder de Gisèle Vienne et participe ensuite, en 2011, à la création de This is how you will disappear.

En 2011, il suit le programme de recherche de composition chorégraphique Transforme au sein de la Fondation Royaumont sous la direction de Myriam Gourfink. Il y rencontre Catherine Contour et il y découvre l’outil hypnotique qu’elle transmet pour la création, ainsi que son travail énergétique.

Il y crée Trans_Niagara, avec le compositeur Kasper T. Toeplitz, une performance où son corps est à l’épreuve de la puissance sonore dans une dynamique de poussée extrême, d’hypertension et de résistance.

En 2012, il s’associe à Alexandre Da Silva pour la réalisation de Simulation(s), une performance axée sur les mouvements d’inertie de la posture et la décontextualisation de l’image.

En 2015, il travaille avec le plasticien Christopher Füllemann, le compositeur Antoine Chessex et les créateurs lumière Arnaud Gerniers et Benjamin Van Thiel pour sa création Elephant_Rock, pièce chorégraphique sur le monochrome noir et la créature, avec trois danseuses, Lynda Rahal, Clarisse Chanel et Ana Cristina Velasquez Lopera, dont la première a eu lieu dans le cadre de la Biennale de Charleroi Danse.

En parallèle, il est interprète pour plusieurs chorégraphes dont Dominique Brun pour sa reconstitution/recréation du Sacre du Printemps, Pierre Droulers pour Soleil, Philippe Saire pour Black Out, Claudia Sorace et Riccardo Fazi pour Hyperion, la Compagnie du Zerep dans leur performance Y manque plus que l’orchestre ! et Louise Vanneste dans sa performance #2.

Depuis 2017, il est en tournée comme interprète pour la création Crowd de Gisèle Vienne.

À l’invitation du compositeur contemporain Yann Robin, il entame en 2017, la création de Immersion, une pièce chorégraphique dans l’espace restreint d’un cube en plexiglass, autour de deux compositions de Yann Robin et deux autres du compositeur Raphaël Cendo, avec la danseuse Clarisse Chanel, l’artiste numérique Yannick Jacquet et les créateurs lumières Benjamin Van Thiel et Arnaud Gerniers.

En mars 2018, il crée, in situ au Maus Habitos, la performance In Vitro, avec le musicien Nicolas Canot, à l’invitation du Vivarium Festival de Porto.

Depuis 2018, il est associé aux Bains, laboratoires d’explorations de l’outil hypnotique amplifié, conçus par Catherine Contour et participe à certaines des créations issues de cette recherche comme Suites Japonaises, une plage en Chartreuse en juin 2019.

En 2019-2020, il crée Minakami, création chorégraphique autour de l’eau, en cohabitation sur scène avec Suite, une œuvre de l’artiste numérique Yannick Jacquet et du compositeur Thomas Vaquié.

Entre 2019 et 2021, il met en place des recherches autour de l’exploration de l’outil hypnotique amplifié avec Catherine Contour, du système des fascias, de la proprioception et de la tenségrité avec Anja Röttgerkamp et de la spiritualité, plus spécifiquement du Bouddhisme Zen Sōtō en relation avec le champs de la création chorégraphique.

En 2020-2021, il participera en tant qu’interprète à la nouvelle création de Louise Vanneste et à Noces de Bronislava Nijinska auprès de Dominique Brun.

Jonathan Schatz est accompagné́ par Grand Studio depuis 2016.Grand Studio